web design & développement studio-irresistible - paris

logo culture papier lien retour home

Référentiel d’accompagnement du respect du Stop Pub, par Cécile Aligon-Dardé, MEDIAPOST


Envoyer des signes forts d’amélioration continue aux clients et aux consommateurs

 

 

Actes du Colloque Culture Papier 2019 : #Lepapieraufutur
Les responsabilités du papier.
Les chemins de progrès de l’écosystème du papier graphique.

 

 

L’engagement du SDD : un référentiel « co-construit » avec l’AFNOR Certification 

Le principe du Stop Pub, créé en 2004 par le Ministère de l’Économie permet aux citoyens et aux consommateurs de signifier s’ils souhaitent recevoir ou non de la publicité non adressée dans leur boîte à lettres. Aujourd’hui, seulement 18% des Français l’ont adopté. L’imprimé publicitaire est un support attendu et apprécié par un certain nombre de Français, précise Cécile Aligon-Dardé, Directrice adjointe Transformation, Développement Durable et Communication de MEDIAPOST. Anticipant les attentes de la Loi, le Syndicat de la Distribution Directe lance un référentiel d’accompagnement du Stop Pub. Il a été « co-construit » avec l’AFNOR Certification. Nous avons d’abord interviewé avec un premier contrat de confiance, dans le cadre du SDD, les ONG, Zéro Waste, France Nature Environnement, nous avons également écouté des annonceurs dont l’UDM, des personnes de la GSA, des associations de consommateurs, des institutionnels comme l’ADEME, CITEO, des experts comme Caroline Darmon, donc l’AACC et également la COPACEL.
À partir de cette écoute, nous nous sommes effectivement dirigés vers la création d’un référentiel d’accompagnement du respect du Stop Pub.

 

Son objectif est de poser les exigences du métier de distribution d’imprimés publicitaires. C’est une démarche qui est volontariste, engageante, et qui a pour objectif d’harmoniser et de normaliser l’ensemble des pratiques des distributeurs. Il s’adapte à toutes les entreprises, quelle que soient leurs tailles, leurs ressources et quelle que soient leur périmètre de fonctionnement. Il va permettre d’envoyer des signes forts aux clients en leur disant : « Si vous passez par nous, vous avez l’assurance que tout sera mis en œuvre pour que le Stop Pub soit respecté ». Grâce aux audits d’évaluation d’AFNOR Certification dans les sites, chacune des entreprises va pouvoir s’engager, mettre en œuvre, mettre à jour et s’engager dans l’amélioration continue.

 

Deuxième chantier, la création d’un guichet unique d’enregistrement des réclamations L’étude avec les parties prenantes a montré que les consommateurs et les citoyens étaient parfois un peu démunis, c’est-à-dire que quand le Stop Pub n’est pas respecté, ils ne savent pas à qui le dire. Nous ferons des annonces fortes dans le cadre du SDD pour répondre à cette attente.

 

 

 

La RSE, c’est de la responsabilité écologique et environnementale, mais aussi de la responsabilité sociale.

 

 

« La partie sociale est absolument cruciale dans notre industrie de la distribution des imprimés publicitaires, témoigne Adèle ALBANO   Présidente du Syndicat de la Distribution Directe (SDD). D’où l’importance des études indépendantes comme « L’empreinte socioéconomique de l’écosystème du papier graphique » signée par EY.  Ce type d’étude amène du quantitatif et de l’objectif à une vision partielle, subjective : c’est absolument crucial et indispensable.

 

Un chiffre à retenir : La filière de l’imprimé publicitaire représente 30.000 emplois directs qui sont répartis sur l’ensemble du territoire. Ce sont des emplois qui ne nécessitent pas d’avoir des diplômes. C’est notre responsabilité collective d’entreprise mais aussi de la société.  Évidemment, nous devons être irréprochable d’un point de vue environnemental, mais nous devons tenir compte de cette responsabilité sociale directe.

 

Pour quelle responsabilité sociale ? C’est celle vis-à-vis de tous ceux et de toutes celles qui utilisent chaque jour ce type de communication qui permet lors des fêtes de Noël ou lors des foires aux vins de regarder le catalogue afin de faire son choix. Mais c’est aussi un média du pouvoir d’achat de l’ensemble de nos concitoyens qui sont sur les territoires et qui en besoin chaque semaine parce que, tout simplement ça les aide, dans leurs courses, à équilibrer leur budget.   Pas forcément pour dépenser plus, ou faire du gaspillage, mais pour dépenser mieux et vivre mieux.