web design & développement studio-irresistible - paris

logo culture papier lien retour home

Christine Prouin, FDJ


Française des Jeux : une entreprise qui mise sur la solidarité

Actes du Colloque Culture Papier 2019 : #Lepapieraufutur
Les responsabilités du papier. 

 

Christine Prouin, Responsable Performance RSE, démontre la mise en place d’une politique ambitieuse en termes de RSE et notamment en matière d’environnement. 

 

 

La Française des Jeux (FDJ) est l’héritière de la Loterie nationale qui a vu le jour en 1933 pour venir en aide aux victimes de la Première Guerre Mondiale. Depuis sa création, la responsabilité sociétale est inscrite au cœur de son modèle d’entreprise.

Dans cette continuité, La Française des Jeux (FDJ) fidèle à ses valeurs originelles de solidarité et de responsabilité. Le soutien de sa Fondation d’entreprise à des projets d’intérêt général ou plus récemment l’opération « Mission Patrimoine » en faveur de la restauration du patrimoine en péril illustrent son engagement sociétal fort et durable.

La démarche RSE de FDJ engagée depuis plus de dix ans est répartie selon six enjeux majeurs :

  • Le Jeu Responsable (prévention du jeu des mineurs et du jeu excessif),
  • L’intégrité (lutte contre la fraude, le blanchiment et la corruption).
  • Les Ressources Humaines (gestion des compétences, diversité, qualité de vie au travail…)
  • La Solidarité (notamment la Fondation d’entreprise)
  • Et enfin, l’impact environnemental, et plus particulièrement l’usage du papier pour nos supports de jeux.

Quand nous avons réalisé notre première mesure Bilan Carbone, nous avons constaté que 15% des émissions de CO2 correspondent aux supports de jeux, à savoir les tickets de grattage, les bulletins (cases à cocher) et les reçus de jeux (preuves de gains sur les jeux de tirage et paris sportifs).  A l’issue de cette phase, nous avons réalisé une analyse de cycle de vie, qui a démontré que deux étapes majeures du cycle de vie étaient les plus « impactantes » :

  • celle de la production de papier ; la première action mise en œuvre a été l’usage du papier issu de forêts gérées durablement ; nous sommes engagés avec FSC depuis 2012. Cela signifie que nos imprimeurs ont eux aussi été mobilisés pour être labellisés FSC. Par ailleurs, nous avons aussi demandé à nos imprimeurs de travailler sur du papier recyclé. Pour l’étape d’impression, nos imprimeurs utilisent des encres à base d’eau.
  • Et l’étape de fin de vie des tickets en points de vente, qui reste complexe à gérer. Les invendus sont récupérés et recyclés, mais nous travaillons depuis plusieurs années pour sensibiliser joueurs et détaillants afin de collecter et recycler les tickets jetés sur la voie publique. C’est pourquoi le pictogramme « Triman » est apposé au dos des tickets de grattage indiquant le fait qu’il faut jeter dans une poubelle, trier et recycler les tickets.

Un objectif d’une réduction de 20% de ses émissions de GES entre 2017 et 2025 sur l’ensemble de son périmètre de responsabilité

Au-delà de l’ACV (Analyse de Cycle de Vie), une politique environnementale plus ambitieuse est mise en œuvre. FDJ s’est fixé l’objectif de réduire de 20% ses émissions de GES entre 2017 et 2025 sur l’ensemble de son périmètre de responsabilité.

En 2019, cet objectif de réduction des émissions de GES a été approuvé par l’initiative internationale Science Based Targets (SBT) sur la base d’objectifs scientifiques, conformes aux niveaux requis par l’Accord de Paris (limiter la hausse de la température moyenne mondiale en-dessous de 2°C).

Par ailleurs, le groupe FDJ est neutre en carbone depuis 2019 en compensant les émissions qui n’ont pu être évitées et finance deux projets certifiés en Inde et au Brésil.

 

En complément de son engagement dans la lutte contre le réchauffement climatique, FDJ développe des actions tous azimuts :

  • en faveur de la biodiversité pour préserver le patrimoine naturel de la planète, notamment un projet en France. Ce projet a pour objectif de protéger et restaurer des milieux forestiers français pour des espèces rares et menacées. Le projet est financé par La Française des Jeux et mis en œuvre par IP Foret Services, titulaire d’un certificat de gestion de groupe FSC et de la mention « Services Ecosystémiques FSC ». Les outils utilisés pour ce projet ont été développés avec des ONG telles que WWF France,
  • Par la promotion de l’utilisation du FSC avec lequel FDJ travaille depuis près de 10 ans pour les supports de jeux à toutes les loteries dans le monde. Et les inciter à préserver la biodiversité. Cette démarche a été élargi notamment auprès de loteries européennes.
  • Par une politique zéro plastique, avec la suppression des bouteilles plastique. Les gobelets sont en plastique mais réutilisables. L’entreprise qui les fournit les récupère, les lave et les réutilise.
  • Pour le numérique responsable, une priorité pour 2020 et nous travaillons avec Green IT et WWF.

 

Contribuer par son activité au développement économique des territoires.

Avec le soutien des points de vente de proximité dans les zones rurales et/ou défavorisées via notamment un accord pluriannuel avec la Confédération des Buralistes et Culture Presse visant à aligner les intérêts de l’entreprise (recrutement de clients) avec ceux des détaillants (augmentation de la rémunération et pérennité du réseau) et de l’Etat (jeu responsable et développement territorial). Ainsi 55 100 emplois sont créés ou pérennisés par l’activité FDJ dont 21 600 auprès du réseau de points de vente.

Le point de vente (vs le jeu en ligne) reste pour le joueur, le lien, le lieu de convivialité pour le plaisir de gratter un ticket et valorise l’utilisation du papier (vs le support numérique).

 

Pour conclure, une étude récente de l’Observatoire société et consommation avec le soutien de L’ADEME a demandé à 2 000 Français de choisir un avenir souhaitable/un modèle de société idéale. Trois thématiques étaient proposées, une utopie « écologique » c’est-à-dire avoir moins mais mieux, une utopie « sécuritaire » : la volonté d’être attaché au passé (c’était mieux avant), et l’utopie « techno-libérale » c’est-à-dire, liée à la technologie, l’Intelligence Artificielle, et au transhumanisme.  Le résultat est rassurant : l’utopie écologique est sortie grande gagnante avec 55 % des suffrages, devant l’utopie « sécuritaire » avec 29 % des voix et enfin seulement 16 % pour l’utopie « techno-libérale ».

 

Si nous faisons le lien avec ce choix majoritaire pour une société « écologique », le papier a un bel avenir et fera largement parti du futur tout en cohabitant avec le numérique.

 

 

 

www.groupefdj.com