Accueil>Nos actions>Le Blog #Lepapieraufutur>Le numérique peut servir le papier, pour Claude Thomann (Konica Minolta)
Innovation #Interview

Le numérique peut servir le papier, pour Claude Thomann (Konica Minolta)

15.06.2020
Claude Thomann, responsable Marketing Showroom Professional Printing de Konica Minolta, reste au plus près de ses clients imprimeurs pour les aider à passer la crise et à choisir les solutions les plus innovantes appliquées à la finition et à l’ennoblissement de l’imprimé, convaincu qu'elles ouvrent la voie vers des sollicitations visuelles et tactiles qui renforcent l’impact du papier.

Comment la Covid a-t-elle impactée Konica Minolta ? 

La crise sanitaire du Covid-19 nous a contraint à prendre de nouvelles mesures pour préserver la santé à la fois de nos collaborateurs et celle de nos clients. Durant le confinement, nous avons maintenu un niveau de service grâce à la mise en place du télétravail. Nos techniciens sont intervenus à minima sur site afin d’éviter les déplacements et nous avons proposé systématiquement un premier niveau de dépannage à distance. Aujourd’hui, nos équipes commerciales accompagnent les professionnels des Industries Graphiques dans leur reprise d’activité et les aident à trouver des solutions adaptées à chacun d’eux. De plus, nous avons mis en place de nouveaux modes d’utilisation du digital dédiés à la relation client, mais aussi aux échanges avec nos collaborateurs.

Dès début juin, notre showroom Professional Printing de Carrières-sur-Seine a repris ses activités de démonstrations, après la mise en place d’une signalétique qui a permis de sécuriser les déplacements de nos invités et collaborateurs. Nos premiers visiteurs ont pu à nouveau partager leurs projets avec nos équipes. Cet espace de démonstrations, labélisé « Imprim’vert » assure la promotion de l’impression numérique dans des conditions respectueuses de l’environnement.

Quels rôles le papier peut-il tenir dans la reprise et pensez-vous que vos clients vont-ils changer leurs habitudes ? 

En tant qu’acteur leader sur le marché de l’impression de production, nos matériels bénéficient d’innovations technologiques qui apportent constamment de nouvelles solutions à nos clients. Les notions d’automatisation, de respect colorimétrique sont des critères de performance indispensables.  Pour autant, le périmètre d’exploitation des papiers est de plus en plus important, car il s’agit d’une source de différenciation et de création de valeur pour l’imprimeur.

Nos presses numériques toner et jet d’encre intègrent une diversité de supports, de formats et de grammages. L’exploitation de papiers de création développe l’aspect sensoriel renforcé par la texture du papier. Nos clients peuvent également laisser libre court à leur créativité avec l’apport d’effets innovants comme le vernis sélectif, les effets texturés, les motifs en relief et la dorure à chaud numérique.

Désormais, nos technologies appliquées à la finition et à l’ennoblissement de l’imprimé ouvrent la voie
vers des sollicitations visuelles et tactiles qui renforcent l’impact du papier.

Elles permettent à nos clients imprimeurs de développer de nouveaux marchés, de renforcer leur image et leur rôle de conseil tout en générant de nouveaux revenus avec ces procédés.

Quels types d’innovations attendez-vous de l’écosystème du papier face aux nouveaux enjeux qui se profilent ?

L’écosystème papier a un rôle à jouer pour faciliter les échanges entre les donneurs d’ordre, les agences de communication, les imprimeurs et les façonniers autour des possibilités que le papier peut proposer aujourd’hui à l’aide des technologies numériques. L’impression de la juste quantité et la personnalisation des supports de communication, le packaging, les étiquettes adhésives peuvent valoriser les applications imprimées à l’aide du numérique. Une meilleure connaissance des possibilités offertes, de la part de ces acteurs, renforcera la présence du support papier dans les campagnes de communication.

D’ailleurs, nous avons créé un partenariat avec l’ISCOM pour informer les futurs professionnels de la communication et de la publicité sur les nouvelles opportunités de la communication imprimée. Nous allons participer à des ateliers thématiques cet automne pour valoriser les potentiels de l’impression numérique.

 

Showroom KonicaMinolta à Carrières-sur-seine. ©DR

Dans cette disruption sociétale accélérée, quelle est votre proposition pour que le papier ait sa place dans le ‘capitalisme numérique ?

Durant la période de confinement, les technologies digitales ont trouvé une place prépondérante dans le quotidien des utilisateurs.

       Dans le milieu professionnel, les solutions de Web-to-Print ont favorisé la proximité numérique et permis de commander de l’impression à distance.

Ce canal de vente s’est imposé comme un outil indispensable dans la relation client. Son exploitation permet de générer des volumes d’impression facilitant la reprise d’activités dans le contexte actuel. En outre, les applications de Réalité Augmentée donnent une nouvelle dimension aux imprimés et permettent aux imprimeurs de promouvoir la complémentarité du numérique et du papier. Cette association papier/numérique fait émerger de nouvelles pratiques en phase avec les évolutions des technologies. Le numérique peut donc servir le papier.

Propos recueillis le 4 juin 2020

www.konicaminolta.fr

 


Continuer la lecture