Influence, le magazine qui prouve l’influence du support papier.
Accueil>Nos actions>Le Blog #Lepapieraufutur>Influence, le magazine qui prouve l’influence du support papier.
Société

Influence, le magazine qui prouve l’influence du support papier.

04.11.2020
L’influence est-elle réservée uniquement aux réseaux sociaux ? La réponse est négative pour l’agence WPP et les créateurs d'Influence magazine qui sort en kiosque ce 10 novembre. Il était temps qu’un média imprimé s’empare d'une phénomène de société qui dépasse largement les réseaux. Plus 10 milliards de dollars sont dépensés par les marques pour rémunérer les influenceurs.

James Hansen, le jeune directeur de la publication d’Influence, le mgazine © DR

Qui a dit que les jeunes ne s’intéressaient plus à la presse magazine ? Les fondateurs de ce nouveau support nous prouvent le contraire. Et ils se lancent dans le projet en fratrie : James Hansen, 29 ans, ex reporter photo à SIPA Press, sa sœur Ilana 22 ans étudiante en journaliste, création littéraire et mannequin et la benjamine Scarlett, 16 ans championne junior d’équitation (discipline dressage). ET bon sang ne saurait mentir, ils ont de qui tenir, leur grand-père était Georges Hansen, grand reporter à France 2.

À ce trio familial,   s’ajoute Louisiane Dor, rédactrice en chef adjointe et également auteure de « Les méduses ont-elles sommeil ? » qui a remporté le Prix Renaudot Poche 2017 aussi sélectionné pour le Prix Goncourt de la Nouvelle 2018. On remarque aussi la présence de Valérie Benhaïm en charge de la rubrique beauté et Milla Jasmine pour la mode.

Louisiane C. Dor est née en 1992. Elle est l’auteure de « Ceci est mon coeur » (Robert Laffont) © DR

Ce magazine dresse les portraits des personnalités les plus influentes en France et dans le monde « à l’ère de l’influence marketing ou rien qu’en France on estime qu’il y a 150 000 influenceurs dont certains ont jusqu’à 10 millions de followeurs » explique James Hansen le directeur de la publication dans l’édito du premier numéro de ce mensuel de 84 pages, tiré à 150.000 exemplaires dont la régie publicitaire a été confié à l’agence WPP, spécialisée dans la presse people.
« La presse papier reste fondamentale et le b.a ba de la communication. Elle possède une rémanence que les autres supports de communication ne possèdent pas » s’enflamme Serge Bénichou, le PDG de l’agence. Cela reste la plus belle vitrine quelle que soit sa diffusion et permet un ciblage assez précis, même si nous avons besoin de tous les supports ». Le rôle de WPP ne se limite pas à celui de régisseur mais s’occupe du lancement et de l’accompagnement des titres naissants. L’agence a ainsi lancé « Télé 15 jours » juste avant le confinement, tiré à 250.000 exemplaires, le premier numéro a été offert à tous les pensionnaires des EPAHD, campagne relayée par BFM TV.

Influence magazine se veut « le témoin de ces grands bouleversements dans l’univers impitoyable de la publicité et du marketing. Mais l’influence n’est pas réservée aux réseaux sociaux » plaide James Hansen le directeur de la publication. Pour preuve, Pierre Cardin l’homme qui a démocratisé la haute couture et qui influence la mode depuis 70 ans « a été choisi comme emblème de ce premier numéro dont il est le directeur artistique pour le dossier le concernant. »

Le magazine fait la part belle aux photos

Pleines pages, noir et blanc ou couleur, elles alternent dans une maquette colorée.
Au sommaire du premier numéro, nous trouvons également les portraits de l’écrivain Bernard Werber, de Negzzia, une mannequin iranienne militant pour le droit des femmes, de Betty Autier la plus influente bloggeuse mode/luxe… un dossier sur la cause animale avec une interview de Brigitte Bardot mais aussi des sujets qui parle de la face sombre de l’influence avec un article sur Daech.

Mêlant le digital et le papier, il est aussi consultable sur flipsnack, repris sur les réseaux sociaux, la preuve que l’on peut marier papier et digital.

Vendu 5 € en kiosque le premier numéro sort le 10 novembre.

 


Continuer la lecture