web design & développement studio-irresistible - paris

logo culture papier lien retour home

La lecture reste une histoire de plaisir et de raison, selon une étude CNL – IPSOS 2017


Le nombre de livres lus (papier et numérique confondus) a augmenté de 16 à 20 livres entre 2015 et 2017. Malgré de ralentissement du marché, l’étude du CNL - IPSOS sur « Les Français et la lecture en 2017 » confirme l'attrait du livre papier, la consolidation de la lecture de livre numérique même si le livre numérique reste économiquement marginal, la féminisation du lectorat, et que les vertus du Prix unique du livre ne sont pas encore intégrées par tous les français.

Neuf Français sur dix (91%) ont lu d’au moins un genre littéraire, 89% au format papier

60% des Français interrogés affirment lire moyennement ou beaucoup. Près de la moitié lit d’ailleurs tous les jours, ou presque. 24% seulement  déclarent lire peu. Par contre, 33% des Français ont le sentiment de lire moins qu’avant. Faite de temps. 63 % des Français aimeraient lire davantage. Ce chiffre atteint même 76 % chez les 25-34 ans.

 

Pourquoi lit-on? Pour approfondir ses connaissances (27%), se faire plaisir (22%), s’évader (17%), se détendre (14%).

 

Où lit-on ? 95% des gens interrogés par Ipsos pour le CNL lisent à domicile, de préférence le soir avant d’aller se coucher (42%) et 80% hors de chez eux, dont 26% dans les transports en commun.

 

Qui lit ? Si le nombre de lecteurs masculins a augmenté, passant de 87% à 89%, le lectorat s’est « considérablement féminisé » pour Vincent Monadé, Directeur du CNL.  Il est aujourd’hui composé d’autant d’hommes que de femmes, majoritairement jeunes, et diplômé(e)s. Les femmes sont plus sujettes que les hommes à l’achat d’impulsion (80% contre 74%), elles attachent plus d’importance au résumé (91% contre 86%), enfin, elles accordent une plus grande importance au plaisir provoqué par la lecture que les lecteurs masculins (95% contre 86%). Ce que confirme aussi la lecture de livres en format numérique qui a progressé de 8% chez les femmes entre 2015 et 2017.

 

Que lit-on ? Le roman reste le genre littéraire le plus apprécié (69%), et particulièrement le roman policier qui attire 43% des lecteurs. Suivent (59%) les livres pratiques (consacrés à la cuisine, la décoration, le bricolage, les voyages…) et les BD, mangas ou comics (48%).

 

 

La lecture reste transmise par les parents

L’étude CNL /IPSOS confirme l’influence importante de l’éducation et du contexte familial sur les pratiques de lecture : 20% des Français dont les parents ne lisaient jamais sont aujourd’hui des non lecteurs. A contrario, 36 des Français dont les parents lisaient souvent des livres estiment aujourd’hui appartenir à la catégorie des gros lecteurs.

 

Si les 15–24 ans lisent toujours de manière plus contrainte du fait de leurs études, ils sont cependant de plus en plus nombreux à lire par pur plaisir (+12 points par rapport à 2015). Résultat corroborant une autre étude Ipsos pour le CNL en juin 2016 : souvent accusés de passer trop de temps sur les réseaux sociaux ou devant la télévision au point d’en oublier la lecture, les jeunes Français sont pourtant 78% à se plonger dans des livres purement par plaisir. Les jeunes Français aiment lire !

La lecture de livre numérique se consolide, mais le livre numérique reste économiquement marginal

Le livre premier loisir culturel. Près d’un Français sur deux a acheté des livres (29,7 millions de personnes) en 2016. « Le marché du livre se caractérise par sa stabilité en période longue (-1% en volume et en valeur en 2016 vs 2015). Dans ce contexte, le livre numérique reste marginal (2,5% du chiffre d’affaires et 3,5% des volumes Total marché) mais contribue à un marché stable au global. Ce qui représente 359 millions d’exemplaires vendus  soit 1,2% de moins qu’en 2015 (mais +13% si on ne compte que le numérique) pour un chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros, soit -1% qu’en 2015 (+12% numérique)selon le dernier bilan GfK des ventes de livres 2016 dévoilé le 23 mars 2017.

 

Le nombre de lecteurs de « e-books » (24%), en hausse de 5 points par rapport à 2015 (2% ne lisent que des livres numériques)

Le nombre de livres numériques lus passe de deux à trois, dans le même temps. « Il y a un vrai développement de la lecture en mobilité et une forte progression de la lecture en numérique pour les femmes », commente Vincent Monadé, interrogé par l’AFP.

 

"Il faut encore convaincre les gens que le prix du livre est le même partout." Vincent Monadé, CNL

Pour leurs achats, les Français choisissent encore, en majorité, les librairies (générales et spécialisées) mais les difficultés qu’elles connaissent sont réelles.

Nette progression des achats en ligne et des livres d’occasion. L’analyse du CNL fait ressortir que « les circuits alternatifs affichent une très forte progression » : 34% des lecteurs ayant acquis un livre en 2017 se sont tournés vers un ouvrage d’occasion ; ils n’étaient « que » 26% en 2015. Cette hausse est plus marquée chez les 35-49 ans.

Les achats en grandes surfaces culturels et la vente en ligne progressent au détriment des achats en librairie. Si, logiquement, 52% des personnes interrogées expliquent qu’ils n’achètent pas en librairie car il n’y en a pas près de chez eux, 32% avancent que le prix des livres en librairie est plus élevé qu’ailleurs témoignant d’une méconnaissance persistante de la loi sur le prix unique du livre en vigueur depuis 1981.

Il est urgent de rappeler l’efficacité du Prix du livre pour la survie des librairies, véritables lieux de culturel de proximité.  Alors même que la lecture et les bibliothèques s’invitent dans quelques uns des programmes présidentiels, Et pour cause. 84% des Français se déclarent spontanément lecteurs de livres !

En savoir plus : Présentation de l’étude « Les Français et la lecture » 2017

Etude réalisée en janvier 2017 sur un échantillon de 1 000 personnes.